mercredi 1 mai 2013

AUDIENCE SPECIALE AU T.G.I. DE MARSEILLE


"Il ne suffit pas de pleurer pour souffrir. Il ne suffit pas de souffrir pour mourir. Il ne suffit pas de mourir pour avoir raison. Il faut montrer la barbarie du bourreau. Sinon le crime contre l’humanité n’est qu’un crime." Nikos Lygeros

Nous sommes présents, ce 30 avril 2013, au Tribunal de Grande Instance de Marseille, où Maître Vincent Gorini  qui préside la séance, a accordé une audience spéciale à Maître Philippe Krikorian, pour lui permettre, a-t-il précisé, de disposer de tout le temps nécesaire à l'exposition des arguments que nécessite sa requête (contenue dans un mémoire de trois cents pages, précédemment remis à Me Gorini). 

 La petite salle du tribunal s'est remplie majoritairement des membres de la famille de Me Krikorian, et de ceux de ses amis qui ont souhaité le soutenir de leur présence. 

Nous ne serons pas déçus. Durant deux heures, Me Krikorian va développer avec brio, véhémence parfois mais sans pathos superflu, point par point, sous le regard attentif de Me Gorini et de l'assistance, les éléments essentiels faisant voler en éclats tous les arguments fallacieux du Conseil Constitutionnel ayant bloqué le projet de loi visant à pénaliser la négation des génocides reconnus, éléments  contenus dans  le mémoire, et dont quelques amis avocats présents souligneront l'exceptionnelle qualité ...malgré sa longueur !

                  
Il ne s'agit pas ici de développer la teneur d'un propos pour lequel vous trouverez le lien ci-dessous, mais bien de souligner l'importance que représente cette action UNIQUE dans les annales de toutes celles intentées par l'ensemble des instances arméniennes, et qui en ouvre désormais une nouvelle page.   

     A cet égard, on ne peut que s'étonner de l'absence de bon nombre d'entre elles qui n'ont pas cru bon de déléguer un observateur...

Verdict le 3 juin 2013.

Philippe Krikorian et son épouse






Philippe Krikorian a entrepris depuis de longues années déjà  le parcours difficile qu'est la recherche de  justice pour les siens, soutenu néanmoins par une famille d'une riche culture intellectuelle, toujours  présente à ses côtés, bénéficiant des conseils éclairés d'un père  juriste ayant fait carrière dans l'administration judiciaire française. 





Philippe Krikorian (au centre) - son père (à d.)
 - son frère (Professeur de mathématique) à g.


Madame Krikorian (mère) enseignante - un ami   Pierre Zeghmar, avocat







Réunis le temps d'un repas
dans ce restaurant particulier de Marseille "Les Arceaux" (ancienne librairie reconvertie,  sans renier ses origines - puisqu'on   
peut encore y acheter les livres
exposés à l'entrée) ...







Je vous remercie de m'avoir offert, en m'accueillant parmi vous, des  échanges  de si grande qualité.

Dzovinar





Voir aussi commentaires de Me Krikorian sur :

http://dzovig.blogspot.fr/2013/05/audience-au-tribunal-de-grande-instance.html

Ainsi que le rapport complet de l'Audience ici :
http://www.western-armenia.eu/news/Actualite/2013/RAPPORT_CNA-AUDIENCE_SPECIALE_DES_REFERES-01.05.2013.pdf

*******
http://dzovinar.blogspot.fr/2013/05/audience-speciale-du-tgi-de-marseille.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar