mercredi 28 novembre 2012

DJIVAN GASPARYAN ...

24 novembre 2012

Concert au Palais des Rois de Majorque à Perpignan


Cadre prestigieux que celui de ce Palais du XIIIe s. où
se succèdent expositions, conférences, concerts. 
C'est là que le Festival "Trobades" nous convie à son tour.






Le soir est doux  ; en haut des marches, Christine et Paul Macé accueillent le  public et
 le dirigent vers la salle      Majorque où le concert
 aura lieu. 




La salle est pleine : très présente, la petite communauté arménienne de la ville à laquelle se sont joints les représentants d'associations arméniennes venues d'autres grandes villes,  ainsi que, nombreux, un public non-arménien cependant curieux, ouvert à d'autres musiques.

 C'est l'heure ...

 Monsieur Marcel Mateu, du Conseil Régional, précise en quelques mots l'objectif de la Commission Cultures Occitane et Catalane soucieuse d'offrir  choix, diversité, ouverture à sa population, favorisant ainsi le rapprochement des peuples.

Précédé d'un murmure, le groupe de musiciens s'avance alors du fond de la salle et gagne la scène...sous le tonnerre d'applaudissements d'un public debout !  

Vazgyen Makarian et Djivan Gasparyan
... Et commence l'enchantement. 

Doux, nostalgique, s'élève le son si particulier du duduk, accordé au "bourdon" fil ininterrompu comme le souffle du musicien qui le génère...

Djivan (le Maître) Djivan Junior (petit-fils) et Armen Ghazaryan

Dans la salle, le public arménien reconnait chaque mélodie tandis que plane l'esprit du vartabed (Maître) Komitas, ce prêtre qui a su recueillir dans les provinces arméniennes, les chants de tradition orale qu'il a notés et harmonisés, perpétuant à jamais le patrimoine culturel qu'ils constituent. 
Puis Djivan chante d'une voix douce et très expressive 
Le concert se termine sous de longues ovations
 d'un public debout

Christine Macé me dira " durant les répétitions, j'étais déjà parcourue de frissons d'émotion "...
Une de ses collaboratrices s'exprime ainsi, à la fin du concert, tandis que nous quittons (à regret) le Palais des Rois de Majorque "depuis sept ans que je participe à la réalisation des festivals "Trobades" je n'ai jamais ressenti une telle osmose, une telle ferveur du public ... C'était vraiment très fort "...

Mais notre plaisir eut le privilège de se prolonger durant le repas offert par le Conseil Général aux intervenants du festival.
 - A droite Marcel Mateu (Conseil Régional - Commission Cultures Occitane et Catalane auprès de Mme Josianne Collerais - Conseil Général - Commission Catalanité et Patrimoine)
- Au centre Paul Macé ( directeur du CIMP - MuSIC 
- à gauche  ?

- A droite Christine Macé (CIMP)
- Au centre Pierre Sakalian (Président de l'Association Arménienne des Deux-Catalognes)
- A gauche Knar Sakalian
Armen Ghazaryan et Gérard Kurdjian


Bella, Ala et Robert Agadjanian

Anait Agadjanian (traductrice de l'AADC), Laure Foulquier (CIMP) et
Eva Skalla (traductrice, attachée de presse de Djivan Gasparyan)


                 Et le Maître ...
Un être d'une grande simplicité et d'une infinie sagesse


Vin rouge ou vin blanc ? Entouré de prévenances (un peu trop peut-être) il a joué le jeu avec gentillesse ...             

Et puis il y a toujours de belles surprises ...
 Djivan Jr et Vazgyen interprètent des mélodies occidentales :
"Summertime" de George Gershwin et "Ave Maria" de Schubert ...

Pierre Sakalian demande à Knar de chanter ...
C'était très beau ... et Paul Macé, connaissant mon petit talent, m'y invite aussi.
  Djivan  est ému de ces échanges impromptus...et me le fait comprendre ...
Encore quelques signatures ...
... avant de nous quitter.

 Dehors, la nuit nous happe ; les étoiles sont dans nos yeux, nos coeurs emplis de tant d'émotions et d'images de notre terre d'Arménie, et de ses souffrances,  en garderont toujours le souvenir... 



********  




6 commentaires:

  1. Une très belle soirée bien narrée ; tu as su trouver les mots justes pour décrire le son de ces instruments si particuliers...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah vraiment, ce fut une magnifique soirée, un moment de grâce, que l'on aurait voulu ne jamais voir se terminer...

      Supprimer
  2. merci Dzovinar de ce reportage ! l'équipe est comblée de vous avoir procuré du plaisir... il faudra éditer un poster de ta photo dans les bras du jeune homme ! on ne sait qui de toi ou de lui est le plus à son avantage et le plus rayonnant !

    RépondreSupprimer
  3. Cet élan chaleureux à mon égard de ce magnifique jeune homme de 85 ans, à la solide chevelure d'un blanc de neige, au regard d'un bleu profond (impossible de ne pas le remarquer) m'a surprise oui, et charmée, oui. Tu as raison, ce sont de ces élans spontanés, sans calcul, (comme c'est rare) qui méritent de figurer en bonne place dans l'album aux souvenirs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. de plus en plus merveilleux djanès.. ne manque que le son du duduk et je défaille !
      Toujours aussi belle toi mon amie lointaine et heureuse dans les bras de ton musicien ! quelle belle scène qui me ravit je te jure !
      merci sirounig de nous donner à nous aussi qui sommes loin de toi de si jolis moments de vie d'ailleurs .
      ta kariatsi


      Supprimer
    2. Ce n'était pas "mon musicien" mais c'était quand même un moment privilégié, qu'il m'a été très doux de partager avec un être en qui
      on peut reconnaître d si belles et si rares qualités humaines.

      Supprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar